Eau

Eau potable

 

ALTIS, par son unité d’affaires EAU, assume aujourd’hui les tâches d’adduction et de distribution d’eau potable sur le territoire de la commune de Bagnes selon les dispositions d’exécution du règlement communal sur la distribution d’eau.

Par eau potable, on entend l’eau qui, à l’état naturel ou après traitement, convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires. L’eau potable doit être salubre sur les plans microbiologiques, chimiques et physiques, à l’endroit où elle est mise à disposition du consommateur.

Captée dans des sources, des nappes souterraines et des eaux de surface, notre eau potable nous parvient par l’intermédiaire d’un réseau de distribution fortement ramifié. En notre qualité de distributeur nous assumons la responsabilité du captage de l’eau, mais aussi de son traitement, de son contrôle et de sa distribution (carte Google des secteurs de distribution réseau d'eau et qualités de l’eau potable selon les réseaux) au travers d’une infrastructure importante, presque totalement invisible.

Le réseau d’eau potable de Bagnes représente plus de 180 km de canalisations distribuant les eaux de 71 sources captées. Ces eaux transitent par 30 réservoirs et alimentent en eau potable près de 5’000 bâtiments. Le territoire de la commune de Bagnes compte 14 secteurs homogènes distincts en matière de qualité de l’eau. De nombreux prélèvements d’eau sont réalisés à des fins d’analyses bactériologiques et chimiques destinées à contrôler la qualité de l’eau et à déceler d’éventuelles anomalies.

La commune de Bagnes prend part, année après année, à l'opération Solidarit'eau Suisse avec une participation d’un centime par m³ commercialisé.

Eau d'extinction

ALTIS, par son unité d’affaires EAU, assume aujourd’hui les tâches d’adduction et de distribution d’eau d’extinction sur le territoire de la commune de Bagnes selon les disposition d’exécution du règlement communal sur la distribution d’eau.

 

Par eau d’extinction, on entend l’eau mise à disposition pour la lutte contre le feu. Les pompiers doivent pouvoir prélever à tout moment aux bornes hydrantes suffisamment d’eau à la pression requise. Les bornes hydrantes sont disposées afin de couvrir à raison dans un rayon maximal de 100 mètres l’ensemble des bâtiments sis en zone à bâtir.

A Bagnes, la défense incendie est assumée grâce aux 360 bornes hydrantes réparties sur l’ensemble du territoire bâti et offrant au besoin et en tout temps un important débit de l’ordre de 50 litres par seconde.

Eau d'irrigation

ALTIS, par son unité d’affaires EAU, assume aujourd’hui les tâches d’adduction et de distribution d’eau d’extinction sur le territoire de la commune de Bagnes selon les disposition d’exécution du règlement pour l’irrigation.

L’agriculture est, de loin, l’activité ayant le plus besoin d’eau. Le réseau d’irrigation vient compléter l’eau météorique et s’avère fort utile en période de stress hydrique.

A Bagnes le réseau d’irrigation sert à l’arrosage de près de 1'000 hectares de prairies cultivables au travers de 2’540 cannes (points de fourniture). Le réseau comprend 15 prises d’eau sur torrent, 14 dessableurs, 18 réservoirs, 59 chambres de pression et 153 km de conduites. Deux lacs d’altitude viennent compléter le dispositif et s’avèrent fort utiles notamment durant les longues périodes de sécheresse.

Eau d'enneigement

Sans enneigement technique, les sports d’hiver ne seraient aujourd’hui que difficilement concevables. La neige de culture est obtenue par le gel direct d’eau liquide.

L’eau d’enneigement est utilisée en hiver, souvent en période d’étiage, lorsque la disponibilité « naturelle » en eau est difficile. Si les volumes d’eau sont faibles, les débits souscrits sont importants. A cet effet, la commune de Bagnes capitalise - au gré des opportunités - dans des réserves d’eau d’altitude. Elle exploite depuis les années 60 la retenue d’eau de Louvie (400'000 ) et a construit à cet effet en 2012 la retenue collinaire de Moneyeu (15'000 ).

Eaux usées

 

ALTIS, par son unité d’affaires EAU, assume aujourd’hui les tâches de collecte et de traitement des eaux usées sur le territoire de la commune de Bagnes selon les disposition d’exécution du règlement communal sur l’assainissement des eaux. 

Les eaux usées, aussi appelées « effluents liquides » sont des « eaux polluées », constituées de toutes les eaux de nature à contaminer, par des polluants physiques, chimiques ou biologiques, les milieux dans lesquels elles sont déversées.

Le réseau d’égouts représente plus de 109 km de canalisations collectant les eaux de près de 4'000 bâtiments, un bassin d’eaux pluviales au bas de Verbier ainsi que 27 déversoirs d’orages et 8 stations de pompage répartis sur le vaste territoire communal.

Plus de 1,6 million de d’eaux usées sont épurées avant leur rejet. L’importante variation des charges polluantes liées à la fréquentation touristique de Verbier est un important challenge aujourd’hui relevé. Ainsi, la capacité d’épuration est amenée à 60'000 EH (Equivalents-Habitants). Les eaux usées de Verbier ont la particularité d’être turbinées en entrée de STEP. Les installations de prétraitement des eaux de la STEP de Profray se composent d’un dégrilleur grossier, d’un dessableur et d’un dégrilleur fin. Les installations de traitement  des eaux usées comprennent un décanteur primaire équipé d’une installation de coagulation/floculation, d’installations de biofiltration et de dénitrification, ainsi que d’une filtration. Les boues issues du traitement des eaux usées sont traitées au travers d’une installation d’épaississement pour transiter au travers de deux digesteurs. Le biogaz issu de cette digestion est valorisé pour la production de chaleur et d’électricité. Un filtre et une centrifugeuse permettent de minimiser le volume des boues acheminées vers l’usine d’incinération la plus proche.

Eaux claires

ALTIS, par son unité d’affaires EAU, assume aujourd’hui les tâches de collecte des eaux claires sur le territoire de la commune de Bagnes selon les dispositions d’exécution du règlement communal sur l’assainissement des eaux et des directives sur la gestion des eaux pluviales.

Les eaux claires sont des « eaux non polluées », constituées de pluie (eaux météoriques) et des eaux de drainages. Ces eaux doivent être infiltrées ou déversées, après rétention, dans les eaux superficielles.

Les exigences en matière de protection des eaux impliquent une gestion qualitative et quantitative des eaux rejetées. Elles visent notamment à assurer un fonctionnement du régime hydrologique (cycle de l’eau) proche du fonctionnement naturel. Leur mise en oeuvre implique d’aller au-delà de la simple séparation des eaux usées et des eaux claires, en prenant des mesures permettant de réduire l’effet de l’imperméabilisation des sols sur le ruissellement de surface. Cette approche permet notamment de pallier les principaux inconvénients des réseaux séparatifs, à savoir l’augmentation des débits d’eaux évacués vers les milieux récepteurs et la réduction de la réalimentation des eaux souterraines.

ALTIS

Place de Curala 5

1934 Le Châble VS

Tél. +41 27 777 10 01

Lundi au jeudi :

8h-12h / 13h30-17h30

Vendredi : 

8h-12h / 13h30 - 17h

  • Facebook