Contacter le service client

Regards croisés sur la transition énergétique.

Sécurité d’approvisionnement, libéralisation du marché, sortie du nucléaire, nouvelles prestations, etc. Le directeur et le président du conseil d’administration font le point sur les défis et enjeux qui attendent ALTIS ces prochaines années.

La question de l’autonomie énergétique a resurgi avec le conflit ukrainien. Comment un acteur tel qu’ALTIS gère-t-il la sécurité d’approvisionnement ?

Joël Di Natale ( JDN ) Il s’agit là d’une thématique centrale,
pas seulement pour ALTIS, mais pour tous les distributeurs.
La sécurité d’approvisionnement implique que chaque client
dispose à tout moment de suffisamment d’électricité. Cela
signifie que la production suisse et européenne, ainsi que
les réseaux, puissent répondre à la demande. Dès lors, si
cette dernière augmente ( mobilité électrique, pompes à
chaleur, etc. ) et que la capacité à produire diminue par la volonté de se passer de certaines énergies non renouvelables,
comme le nucléaire, alors nous pourrions avoir des soucis d’approvisionnement en hiver.

Christophe Maret ( CM ) La sécurité en matière d’approvisionnement électrique passe par un renforcement des
productions locales. ALTIS compte bien continuer à tenir
son rôle dans ce domaine. C’est pourquoi nous investissons
dans le développement d’installations renouvelables solaires
et hydrauliques, à l’image de la mini-centrale hydraulique en
construction à Versegères.

La Stratégie 2050 vise la sortie du nucléaire. Le chemin est encore long…

JDN Soyons honnêtes : à l’heure actuelle, l’équation de se
passer du nucléaire à l’échelle du pays est loin d’être résolue,
quand bien même les valeurs indicatives fixées dans la loi sur l’énergie en matière de production renouvelable et d’efficacité énergétique ont été atteintes pour l’année 2020.

CM Il est évident qu’il faut des alternatives à l’énergie
nucléaire. Ces alternatives existent ! L’hydraulique, bien
sûr, qui est la grande force de la Suisse et du Valais, mais
également l’éolien et, surtout, le solaire. En 2020, un peu
plus de 7 % de la production nette d’électricité était issue
des énergies renouvelables, hors hydraulique. La transition
est en marche, mais prendra encore du temps.

« Le développement durable fait partie intégrante du programme de législature 2021-2024. »

Christophe Maret, président d’ALTIS et de la commune de Val de Bagnes

Comment s’engage ALTIS en faveur de cette transition ?

JDN Nous fournissons aujourd’hui à nos clients une électricité 100 % renouvelable. Une énergie qui valorise la production hydraulique suisse et un mix énergétique local. Nous développons également nos outils de production dans la région, que ce soit des centrales solaires ou des installations de mini-hydraulique. Nous investissons par ailleurs dans l’extension de notre réseau de chauffage à distance pour offrir aux habitants sis dans notre zone de desserte une alternative aux énergies fossiles. Enfin, nous
offrons toute une palette de services et de conseils aux consommateurs pour leur permettre de consommer mieux et différemment afin de décarboner notre planète. Sans oublier l’accompagnement que nous proposons aux collectivités.

Justement, comment cela se traduit-il au niveau communal ?

CM Le développement durable fait partie intégrante du programme de législature 2021-2024. La commune de Val de Bagnes est certifiée ISO 14001 pour son management environnemental, et labellisée Valais Excellence. Nous visons en outre cette année l’obtention du label Cité de l’énergie Gold. Nous intégrons le volet énergétique dans tous nos projets communaux, avec ALTIS comme référent dans ce domaine. Nous soutenons également financièrement les propriétaires qui rénovent leur bien. Un fonds d’un million de francs est à disposition pour cela chaque année. Et ça fonctionne ! L’an dernier, plus de 900’000 francs de promesses de subventions ont été faites par la commune.

Quels sont les principaux défis d’ALTIS ?

JDN En premier lieu, nous devons disposer des ressources
nécessaires pour répondre aux enjeux de la transition et accompagner les privés, les entreprises et les collectivités.
La demande est forte. Nous allons donc continuer à générer
de l’emploi dans la région. Le domaine du chauffage, dans
lequel ALTIS possède une expérience éprouvée, présente un important potentiel de développement. Nous travaillons à transposer ce savoir-faire dans le domaine des pompes à chaleur, où d’importants besoins existent. Enfin, en filigrane
de tout cela, nous devons sans cesse nourrir notre culture d’innovation, qui nous permettra de rester agiles dans un contexte de changements.

CM D’autres défis et opportunités résident dans la gestion
technique des bâtiments. ALTIS offre aujourd’hui un panel
de prestations liées à l’électricité, à la chaleur, à la mobilité.
Notre objectif est de proposer à nos clients une approche globale, qui va de l’audit du bâtiment au monitoring de la consommation énergétique. Nous en avons les moyens, grâce à la solution IRIS que nous avons développée et pour laquelle des clients régionaux et nationaux ont montré leur intérêt.

JDN L’eau est également un domaine stratégique qui mobilise le pôle d’innovation BlueArk Entremont, dont ALTIS est partenaire aux côtés des communes de la région. Chaque année, des projets prometteurs y naissent sous l’impulsion de chercheurs de tous horizons.

« Nous travaillons à permettre aux consommateurs de consommer mieux et différemment afin de décarboner notre planète. »

Joël Di Natale, directeur général d’ALTIS

Découvrez-en plus
Souhaitez-vous davantage d'informations ? Nos spécialistes sont à votre disposition !
Déclaration de consentement aux cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.

Modifier Mentions légales